Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Le cap était l'Enfer

Le cap était l'Enfer

Par  

J’avançais sûrement, les pieds dans la braise
Sans vraiment trop savoir quel était mon chemin.
Je ne demandais pas, mais un ange malin
Décida de donner à mon cœur un malaise.
Le cap était l’Enfer, j’espérais qu’il me plaise.
Quand mes yeux, toujours droits, regardaient au lointain
L’horizon infernal, tous deux ne voyaient rien
Que le sombre néant. Celui-là qui me pèse.
Dans mon âme aujourd’hui, il n’y a nul espoir.
Quels plaisirs, quel bonheur, pourrais-je bien avoir ?
Voilà plus de mille ans que sans raison je marche.
Les verges acérées des diablotins présents
Ont transformé mon corps en cadavre sanglant.
Je ne sais pas pourquoi, je continue… Je marche.

Mater dolorosa
Mater dolorosa
Sacrifice au sabbat
Sacrifice au sabbat
Le suaire du futur
Le suaire du futur

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :