Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Volteface, compagnonnage pour l'édition

Volteface, compagnonnage pour l'édition

Par  

‌Avant propos : Mauvaise Nouvelle est heureux de vous présenter le projet littéraire de Volte face. Une nouvelle marge est née pour la littérature, pour les écrivains.

Il est naturel à l'homme de parler, et point d'écrire. Écrire n'est que pour soulager la mémoire du diseur, ou communiquer le vrai, le beau, le terrible aux absents. « L'homme de lettres » renverse la nature ; il est un monstre avec son métier d'écrire. L'éditeur, le libraire, est donc le montreur de ce monstre ; il fait commerce de sa dépravation. Le public, attiré par un monde bizarre, et par le renversement de l'ordre, se presse dans la baraque, et voilà le succès, l'événement littéraire contemporain. Encore faut-il, devant ce besoin aussi pervers et confus que son objet, une chiquenaude qui l'oriente ici ou là, et le détermine plus fortement que le Dieu de Descartes ne fait pour l'univers. Donner la chiquenaude, en savoir les effets, en déterminer l'amplitude, c'est être un éditeur conscient, c'est pratiquer en librairie la méthode socratique. Bernard Grasset vient d'esquisser cette méthode dans sa Lettre sur les conditions du succès en librairie. Mais toute la condition de l'écrivain dans la société moderne est ainsi mise en cause…
Pierre Boutang, 1951.

C'est, sous ce titre insurrectionnel, ouvert à qui veut bien s'ouvrir, non au marché du livre ou à l'ivre démarche du pouvoir, mais au seul secret mouvement (sacré) du cœur libre qui s'offre, un pur compagnonnage de passion et de raison mêlées qu'on encourage ici et propose.

Des auteurs sans attaches, à l'occasion fauteurs de trouble ou de vertige mais toujours soucieux de bien dire, et toujours travaillés du tourment de penser, voudraient pouvoir, en marge des réseaux, s'associer des lecteurs bénévoles, de ceux qu'une lecture aventurée n'effraie pas, ni le risque et plaisir de perdre ainsi l'assurance (payée de tant d'ennui réel) d'appartenir à un public, patenté ou leurré, peu importe, surtout bien satisfait d'avoir ce qu'il voulait – rien d'autre. Ici, non, pas de ligne précise, et pas de comité directeur. Partant, pas d'horizon commercial et pas de promotion. Pas d'événement. Quiconque lit peut écrire, et qui écrit sait assez voir, au goût qu'il prend aux caprices des autres, ce qui mérite d'être lu, ce qui valait qu'on l'éditât.

Si l'entreprise vous séduit, à titre de lecteur ou d'auteur, n'hésitez pas, joignez-nous, par courriel, à : volte-face@ventadour.com
ou par lettre :

Volteface, chez Luc de Goustine,
Au Crouzet, Les Farges,
19300, Moustier-Ventadour.

On vous répondra sûrement. Du mieux qu'on pourra, mais d'un cœur sans détours.

Titres déjà disponibles en trois collections aux formats différenciés : poésie (Versus), roman ou essai, (Prorsus), pamphlet ou autre (Controversus), toutes sur papier Bouffant avec bois blanc 80 g/m² et couverture Rives Tradition ivoire clair 250 g/m².

Poésie (Versus),

Pénélope, poème de Philippe Vialèles (12 euros)
Le Temps mort du pompage, poèmes et images de Nicolas Szchezniak (12 euros)

Roman ou Essai, (Prorsus),

Lumières contre vents mauvais, proses poétiques de Dominique Audrerie (12 euros)
Histoire d'essayer, essayons, roman de César Cassarine (13 euros)
La place de l'Etoile, conte de Luc de Goustine (12 euros)

Pamphlet ou Autre (Controversus),

Contra hereticos normales. Propos de l'Homophobe universel. Suivi de Post-scriptum en style décodé par Edouard Schaelchli, poème-pamphlet (10 euros)

Commandes et contacts : volte-face@ventadour.com
Les paiements se font en espèces ou par chèque à l'ordre de Luc de Goustine hébergeur.
Les droits d'auteurs appartiennent entièrement à l'auteur qui avance les frais d'impression.
Les bénéfices vont à un fond de soutien mutuel et de création


Une théologie de la communication  pour quelle religion ?
Une théologie de la communication pour quelle religion ?
De Verbe et de chair Henri Quantin
De Verbe et de chair Henri Quantin
Lire le Grand Meaulnes et s’en souvenir
Lire le Grand Meaulnes et s’en souvenir

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :