Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Johnny : le temps des interprètes

Johnny : le temps des interprètes

Par  

Une mobilisation à faire pâlir tous les syndicalistes, un parcours à rendre jaloux la Manif'pour tous, l'hommage rendu par des milliers, peut-être des millions, de Français à Johnny Hallyday arrêtait ce samedi, et la circulation et le temps sur la plus belle avenue du monde. La foule venue saluer le chanteur portait confusément en son cœur la tristesse d'avoir perdu un interprète d'exception et la joie d'avoir pu le connaître.

La comparaison revient souvent dans la presse : il fut un siècle où de pareils cortèges étaient réservés à des Hommes comme Victor Hugo. Mais la modernité et la technique qu'elle porte dans son sillage ont depuis longtemps sonné le glas de la toute puissante littérature dans le cœur des masses populaires. L'enregistrement des sons a fait de la voix un objet simple à diffuser, échanger et conserver ; depuis Gutenberg, le livre seul avait ce pouvoir. Ainsi, en s'inclinant sur le passage de la dépouille de Johnny, c'est un peu Thomas Edison que l'on célèbre. Sans lui, cette voix si puissante ne serait pas répandue jusqu'à l'oreille de chacun, et serait d'ores et déjà perdue pour l'éternité. La technique a nourri l'excellence de l'interprétation et sa sacralisation.

Qu'on le regrette, ou qu'on s'en félicite, une poignée de vedettes a remplacé des milliers de chansonniers, elle a peut-être souvent remplacé le plaisir si fort mais si exigeant de l'écrit par la facilité d'une écoute rarement attentive. Mais ne feignons pas d'oublier que dans ce monde, des millions d'Hommes ont eu accès sans effort aux textes des poètes de notre temps, portés par eux-mêmes ou par la voix conquérante de Johnny Hallyday : Charles Aznavour, Michel Berger, Hugues Aufray, Maxime Le Forestier.

Cette voix qui fut à de multiples reprises le medium de grands textes ne s'éteindra pas : alors que dans d'autres époques Johnny Hallyday serait rapidement tombé dans l'oubli - loin de l'oreille, loin du cœur - remplacé dans les souvenirs par des auteurs dont le texte continue à vivre sans eux, les temps à venir continueront à profiter des interprétations, comme de celles de Maria Callas, de Louis Armstrong ou de Freddy Mercury.


Un temps de silence avant le jour qui vient
Un temps de silence avant le jour qui vient
Un certain Gulda…
Un certain Gulda…
Winter Family
Winter Family

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :