Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Une histoire à dormir debout

Une histoire à dormir debout

Par  

En plein coeur de Paris, place de la République ; en plein état d'urgence interdisant tout rassemblement sur la voie publique ; prospère depuis le 31 mars une zone de non droit.

La place de la République, présentée comme une nouvelle Agora du XXIème siècle, serait le théâtre de débats pour imaginer le monde de demain. L'initiative née de la contestation de la loi travail est décrite par ses membres comme "citoyenne", loin de toute considération politicienne. Pourtant, les faits prouvent manifestement le contraire. Hier, l'ancien ministre grec des finances, Yanis Varoufakis, a été chaudement accueilli et a eu l'opportunité de s'exprimer pendant cinq minutes. Au contraire de l'élu d'extrême-gauche, l'académicien Alain Finkelkraut a été chassé sans ménagement de la place. Celui-ci a ensuite expliqué qu'il avait rejoint la place de la République pour écouter les revendications du rassemblement et voir ce qu'il est "sans passer par le filtre des médias". Le résultat de cette expérience est édifiant : traité notamment de fasciste, le philosophie est finalement contraint de quitter la place, encadré par le service d'ordre du mouvement. Il conclut : "J'ai été expulsé d'une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie, c'est du bobard, ce pluralisme, c'est un mensonge".

Loin de la politique politicienne ou non, chaque nuit ou presque, des manifestations violentes et des dégradations sont perpétrées en marge du rassemblement ; les agences bancaires sont particulièrement ciblées. Les opposants à la loi travail souhaitent, sans doute, montrer leur solidarité avec François Hollande en pointant du doigt leur ennemi commun : le monde de la finance, bien que ce sont les vitrines d'autres commerces - infiniment moins protégés - qui sont victimes de vols. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi le "Village de Demain" qui était au programme du jour (voir le site de Nuit Debout) abritait les "quartiers" de l'économie, de l'écologie, de la démocratie et de l'éducation mais point de quartier des finances publiques, de la défense, de l'industrie, de l'intérieur ou encore de la justice. L'utopie volontairement hémiplégique ne semble s'intéresser qu'aux problématiques à la mode, en particulier dans certains cercles, et ignorer les sujets rigoureux ou difficiles. Parmi les autres thèmes au programme aujourd'hui, vous apprécierez sans doute l'"intercommission LGBTQIB+", la "commission Féministe : Sexualités et plaisir féminin" (non-mixte, vive le vivre-ensemble), la "commission Françafrique : intervention sur le génocide des Tutsis au Rwanda" ou encore la "formation de défense riposte non-violente, et violente en cas d'agression violente, ouverte à tous" (pour mieux préparer la soirée, sans doute).


Normandie : l'Histoire en vrai
Normandie : l'Histoire en vrai
Le véritable clivage français
Le véritable clivage français
Vive la sixième… Monarchie
Vive la sixième… Monarchie

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :