Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Jeanne, sublime folle-en-Christ

Jeanne, sublime folle-en-Christ

Par  

Le bon cœur de Michel Bernard, paru en janvier 2018 aux éditions de La Table Ronde, est un livre sur Jeanne d’Arc. Une histoire de cœur, ce dont notre époque moderne et desséchée est cruellement dépourvue. Cœur de piété, cœur à l’ouvrage, cœur généreux, cœur courageux, cœur empli d’idéal. La poétesse et philosophe française, Christine de Pisan, contemporaine de la pucelle d’Orléans au XVème siècle, disait de notre héroïne nationale : « En ce qui nous concerne, nous n’avions jamais entendu parler d’une telle merveille ! Même les plus preux du passé ne peuvent comparer leurs prouesses à celle qui a pour mission de chasser nos ennemis ; Dieu a placé en elle plus de cœur que dans un homme. »

On ne comprend réellement Jeanne que si la foi catholique n’est pas étrangère à celui qui veut percer son mystère. Seul le réalisme métaphysique d’un Créateur à la douce sollicitude pour Sa Création peut expliquer cette insigne faveur que Dieu réserve à une bergère toute simple. « Assistant à la messe célébrée par Jean Fournier… la jeune fille se tenait dans les premiers rangs, juste derrière les bourgeoises, parmi les femmes acquises à sa cause. Elle les dominait de sa haute taille et son visage, les yeux clos sur son recueillement, semblait posé sur l’assemblée. Elle aurait paru dormir si le frémissement de ses lèvres n’avait suggéré l’ardente prière. » Un cœur de paix : « Elle leur dit que, le roi de France légitime une fois rétabli dans ses droits, et la France indemnisée pour les dommages subis, elle souhaitait la paix entre Français et Anglais et la concorde entre les chrétiens. » Un cœur pur et aimant : « Elle se souvenait d’un jeune écureuil qui, pendant une promenade, dans un bois au-dessus de Domremy, avait grimpé sur elle et s’était niché dans sa robe, sur son épaule. Elle avait continué à marcher avec la petite bête contre elle, tiède à son cou. Si on a beaucoup d’amour, les animaux le sentent et viennent sans crainte. »

Après la levée du siège d’Orléans qui avait duré sept mois, le regard de Jeanne, étranger à toute vaine gloire, se portait ailleurs : « Jeanne, comme les évêques, tenait pour Reims, les tours de sa cathédrale et son bourdon qu’on ferait donner le jour du sacre. Là, par la grâce de Dieu et la main de son serviteur, sept siècles après Clovis, le Dauphin deviendrait, comme son père et le père de son père et sa longue lignée, roi de France. » Cœur souffrant et voué au sacrifice : Jeanne est arrêtée à Compiègne, jugée dans un procès inique, simulacre de justice que l’histoire lavera par le procès de réhabilitation en 1456 puis plus tard lors de la canonisation de la bienheureuse en 1920, emprisonnée, brûlée vive place du Vieux Marché à Rouen. Les frères dominicains Martin Ladvenu et Ysambard de la Pierre, présents au pied du bûcher, présentèrent à la suppliciée la croix de métal de l’église Saint-Sauveur et s’exclamèrent horrifiés : « Ils ont brûlé une sainte ! ». Sublime folle-en-Christ, merveille humaine, elle incarna cette étoile étincelante dont le temps dura dix-neuf petites années avant d’être admise, par faveur divine, à l’éternité. Le livre de Michel Bernard révèle avec finesse les figures protéiformes de Jeanne qui n’en sont finalement qu’une, celle de la plus belle âme que la France ait comptée en son incomparable roman national. Femme, chef de guerre, conseillère de roi, modèle d’humilité et d’ingénuité, caractère forgé dans l’acier, génie de la répartie et de l’intelligence face aux juges et aréopages de toutes engeances, douce camarade d’enfance, inspirée de Dieu et guidée par Ses voix, résistante à la haine et à la folie des hommes, martyre et sainte, avec Jeanne, il n’y a qu’une maxime qui puisse donner sens à la vie, ce miracle d’être en ce monde : « Dieu premier servi ! »


La France et ses grandes figures catholiques
La France et ses grandes figures catholiques
Garnier Duguy nous incorpore au corps du monde
Garnier Duguy nous incorpore au corps du monde
Anne Ex de Marie Hurtrel
Anne Ex de Marie Hurtrel

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :