Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


La bibliothèque 2015 de MN

La bibliothèque 2015 de MN

Par  

En 2016, MN vous proposera un site 2.0 ! Un des éléments de cette montée de version sera de vous proposer une véritable bibliothèque, avec des livres bien rangés, par thème, par auteur… MN propose chaque semaine un livre à lire et par ailleurs, nombre de nos textes publiés sont des gloses ou des recensions de livres publiés. Il nous est apparu essentiel d’aller plus loin en structurant cette bibliothèque de MN et ainsi permettre à nos lecteurs de se retrouver en dehors même du temps de la mise en ligne hebdomadaire si précaire.

Dans cet esprit et en avant-première, nous pouvons constituer un petit ensemble de livres qui ont marqué l’année de MN. Tout d’abord Soumission de Houellebecq, un livre phare qui au-delà de l’aspect prophétique sur lequel beaucoup se sont excités et arrêtés, pose la question de la capacité religieuse de l’homme postmoderne. Ce qui reste de cet animal jouisseur triste est-il encore capable de Dieu, est-il encore capable d’un Dieu qui s’est fait homme ?

S’il y a un auteur qui ne passa pas à côté de cette question soulevée par le livre de Houellebecq, ce fut Henri Quantin qui signa un essai à la force redoutable Couvrez ce saint, pour un catholicisme blasphématoire. Henri Quantin avait déjà attiré l’attention de MN en 2014 avec son essai sur les écrivains catholiques du XXème siècle : de Verbe et de Chair. Et les questions soulevées par cet auteur autour du rôle du blasphème dans la conversion elle-même, sur la nature de l’écriture, entrent nécessairement en résonnance avec un site qui a choisi de s’appeler Mauvaise Nouvelle.

En sortant de l’univers de Houellebecq, retenons deux livres qui ont passionné MN : Berezina de SylvainTesson et, La terre qui penche de Carole Martinez. Avec Berezina, Tesson confirme qu’il est un homme incarné. S’il se met en aventure c’est pour s’écrire, et il s’écrit pour se mettre en aventure. Il nous a livré cette fois un récit de voyage qui nous plonge dans l’histoire de la déroute de la Grande Armée de Napoléon. Quant à Carole Martinez, elle nous raconte une aventure, dans une langue à la fois crue et poétique, elle nous plonge dans un monde où la narration qui se tisse transforme le réel. Blanche est une petite fille à la fois fragile et obstinée sur une terre qui penche autour d’une rivière, la Loue, une terre et une rivière qui portent les souvenirs, qui cachent et conservent les histoires qui l'ont précédée et engendrée. Nous sommes en 1361, dans un monde de château, de seigneur, de joute, sur une terre toujours prête à s’écrouler…

 

Michel Onfray ! L’événement intellectuel le plus important des 18 derniers mois. Le philosophe a manifesté sa liberté de façon si importante qu’il fut qualifié de réactionnaire… Lui l’homme de gauche, lui l’anticlérical… Non, Michel Onfray n’est pas réactionnaire, et même si c’est une coquetterie qui fait vendre aujourd’hui, il suffit de noter que le philosophe a échappé au politiquement correct tout simplement pour faire son boulot de philosophe. Dans La passion de la méchanceté, Michel Onfray, déboulonne le mythe Sade avec efficacité. Cet essai en avait suivi d’autres commentés également sur MN comme celui sur don Quichotte intitulé le réel n’a pas eu lieu. Dans la passion de la méchanceté, nous avons la dissection de la création d’un mythe mais nous pouvons percevoir que Onfray, aussi libre soit-il, reste également attaché à ses propres mythes et représentations sur la révolution et sur l’ancien régime.

Israël depuis Beaufort de Richard Millet, se paya pas moins de deux recensions sur MN, une par Sarah Vajda et une autre par Gédéon Pastoureau. Israël ne peut être évacué de notre monde et nous ne pouvons pas considérer ce sujet traité une bonne fois pour toutes autour de quelques opinions bien tissées sous forme de piège pour la pensée. Le livre de Millet apporta suffisamment pour être incontournable en 2015.


2015 : année du blasphème ?
2015 : année du blasphème ?
Sortir du recyclage, prendre la marge (3/3)
Sortir du recyclage, prendre la marge (3/3)
Le moment est venu de vous dire ce que j'ai lu
Le moment est venu de vous dire ce que j'ai lu

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :