Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


More encourage un retour au réel

More encourage un retour au réel

Par  

A. More encourage un retour au réel :

More corrige les excès dialectiques de Dorp qui oppose de façon contradictoire théologiens et grammairiens alors que ces deux disciplines se complètent l’une l’autre  (pp. 54-55). Il souhaite par la même occasion défendre les compétences théologiques d’Erasme (docteur depuis 1506). More en profite également pour donner une leçon de philologie à Dorp : le terme grammaticus, loin d’être une infamie dans l’histoire de la connaissance, signifie versé dans toutes les branches du savoir « à moins  de prendre le mot dans son sens le plus matériel, et de l’appliquer à tout écolier qui a appris les lettres de l’alphabet » (p. 55). Dorp touche là, il est vrai, un travers bien connu du monde cultivé : certains s’imaginent, dit-il, connaître toutes les disciplines parce qu’ils comprennent le sens des mots et la structure des phrases.

More acquiesce - ces maîtres sont bien éloignés de la véritable science, mais pas moins que ces théologiens « qui, eux, ignorent même le sens des mots et la structure des phrases » (pp. 55-56). Le sens des mots, c’est la définition donnée par le sens commun : l’induction. En cela, More est bien aristotélicien. Le défenseur d’Erasme rappelle que le maître de Rotterdam n’est ni un grammairien nominaliste ni un de ces théologiens qui « une fois sortis du labyrinthe compliqué de leurs menues questions, ne connaissent strictement rien » (p. 56).

More encourage Dorp à abandonner ces « questionnettes » (p. 57) scolastiques et à retrouver les vraies règles de la logique, « produit de l’intelligence » : « ce sont des modes raisonnement, dont la raison s’est avisée qu’ils seraient utiles pour un examen fouillée de la réalité » (p. 58). La jeune intelligence de Dorp se laisse encore séduire par ces brillantes pirouettes théologiennes. Mais un jour, More l’espère, Dorp en saisira « l’insignifiance » (p. 61).

Dans sa défense d’Erasme grammairien et authentique chercheur théologien, More évoque les « méthodes d’enseignement » (p. 62) de Louvain et Paris. Il n’en voudrait pas pour ses enfants ! More loue cependant le génie de Jacques Lefevre d’Etaples, maître éminent de l’université de Paris « restaurateur de la vraie logique et de la vraie philosophie, surtout aristotélicienne » (p. 62).

La vraie logique aristotélicienne, souligne More, si elle était sérieusement étudiée par les étudiants européens, assainirait l’étude de la philosophie : « elle risquerait moins d’y dégénérer en prises de bec » (p. 63). L’ami d’Erasme tient en outre à manifester les problèmes d’interprétation que suscite l’Organon d’Aristote : entre les réalistes et les nominalistes, « comment saurai-je à quelle école il convient de me mettre ? » (idem).

Ces querelles universitaires « aussi âpres que s’il s’agissait de défendre son foyer et sa foi » (idem) desservent la logique elle-même, « du moins n’aide guère à son acquisition » (idem).

More propose de s’en tenir aux grands principes de base de la logique. Réduire la philosophie à la logique formelle, c’est une aberration et une perte de temps (p. 63). More rappelle la signification du terme organon : instrument. « C’est bien ainsi qu’Aristote envisageait cet art, lorsqu’il édifia son système de logique… » (p. 64). More souligne les grandes analyses d’Aristote avant d’affirmer : « Quant aux questions de nos écoles, ni Aristote ni Porphyre de les ont proposées, le dernier les a même écartées formellement : elles ont pour effet, non de faire avancer, mais de retarder les jeunes intelligences, encore mal dégrossies, et qu’il faudrait imprégner de notions moins ineptes » (p. 64).

More parle d’or et évoque, peut-être sans le savoir, l’enseignement d’Aristote et de saint Thomas sur les consuetudines ou habitus intellectuels vicieux qui empêchent l’acquisition de la sagesse (Métaphysique, 995a 1-20).

« Aujourd’hui, des monstres sans queue ni tête, nés pour le désastre certain de la culture libérale[1] sont venus brouiller les distinctions lucidement élaborées par les anciens ; leurs chancres infects, parasitant sur les très pures traditions de l’antiquité, ont tout corrompu » (pp. 64-65).

La grammaire se corrompt en effet, elle qui est destinée à servir la théologie : un pot-pourri de rêveries et de délires » (p. 65). Comment ces sornettes et niaiseries ont-elles pu s’introduire dans les universités européennes, s’interroge More ? Ces cocasseries biscornues séduisent pourtant les belles jeunes intelligences en leur gauchissant le jugement.

[1] En référence aux arts libéraux : les matières philosophiques.


Amazon : entre réel et illimité
Amazon : entre réel et illimité
Le fumet de l’ordure ou le retour de Jean-Edern Hallier
Le fumet de l’ordure ou le retour de Jean-Edern Hallier
Retour sur Moralement correct
Retour sur Moralement correct

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :