Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


La bataille de Mossoul n'aura pas lieu

La bataille de Mossoul n'aura pas lieu

Par  

Soyons clairs, quoi que l'on ait pu en dire, la guerre de Troie a bien eu lieu. De même, le djihad de l'État Islamique n'est pas une illusion, qu'il se maintienne en Syrie ou s'exporte en contrées. D'aucuns pourront traiter de fascistes ou de "néo-cons" ceux qui le disent, cela ne changera pas les faits et n'empêchera cette énième tragédie de l'Histoire : le choc des civilisations est en marche et ne cessera pas de sitôt. Tout juste concédera-t-on que ce choc des civilisations n'est pas le premier, ni ne sera le dernier, le der des ders.

À ce titre, la bataille de Mossoul, déjà proclamée à grand renfort de presse, ne sera pas l'hallali tant annoncé. L'hydre islamique n'a pas encore rencontré son Hercule : que meurt Al-Qaida et nait Daech. Le tyran est mort, vive le tyran ! L'offensive de cette alliance objective d'intérêts hétéroclites, constituée de Bachar El-Assad, de Vladimir Poutine, de Barack Obama et même de François Hollande détruira, certes, l'État Islamique sous sa forme politique ou administrative mais elle ne détruira à l'évidence pas le Mal.

Il est absurde de penser que la bataille de Mossoul sera une victoire militaire facile. Comment espérer la facilité tactique après avoir annoncé l'offensive ? Comment le déferlement de moyens pourrait vaincre le harcèlement de faible intensité que sera la guérilla islamique dans Mossoul ? Comment combattre un kamikaze quand on a quelque considération pour la Vie ?

Quand bien même, après des mois de combats acharnés, Mossoul devait être reprise - et elle le sera - Mossoul ne sera pourtant pas libérée. Il est absurde de penser que la destruction d'une administration implique nécessairement la disparition de sa pensée ou de ses membres. Le croire, c'est penser que la chute de Saddam Hussein a mis fin à la dictature partout dans le monde et à la violence en Irak. À l'inverse, l'État Islamique - dans son administration, à défaut de son idéologie - est né précisément du chaos qui a suivi la fin du régime Baassiste. La violence et la peur continueront longtemps à hanter ceux qui ont vécu sous les lois de Daech.

En dépit de ces perspectives pessimistes ou plutôt - hélas - réalistes, le fatalisme ne doit pas gagner les esprits. Il ne serait pas préférable de laisser l'État Islamique prospérer, bien sûr. Mais alors que le Diable, moqueur du haut de son orgueil, se montre dans le miroir, ne regardons pas son doigt.


Ferguson, lieu commun
Ferguson, lieu commun
Le crépuscule des chrétiens d'Orient
Le crépuscule des chrétiens d'Orient
Le marronnier du terrorisme islamique
Le marronnier du terrorisme islamique

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :