Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


La chair est réactionnaire

La chair est réactionnaire

Par  

D’aucuns ont dit : la réalité est têtue, ou encore, la terre ne ment pas. Et bien, il est temps de dire, au cœur même de cette société jouisseuse, au cœur même de notre Sodome et Gomorrhe mondialisée, que la chair est réactionnaire.

La gauche est passée de la justice sociale à la dérégulation sexuelle


On pourrait s’étonner des nouveaux combats de la gauche depuis ces dernières années. Pourquoi ne livre-t-elle plus que des combats acharnés pour tout ce qui ne devrait regarder que nos culottes et nos caleçons ? Qu’est-ce qui l'a poussée à abandonner le terrain traditionnel de la justice sociale pour ne plus occuper que celui de la vie sexuelle des concitoyens ? Sans doute pas d’être parvenue à des résultats tangibles dans le domaine de la justice sociale. Il faut dire que la France eut surtout à être redevable au général De Gaulle en la matière, plus qu’au Front Populaire ou à Mitterrand. Sans doute pas d’être parvenue à éradiquer la pauvreté à l’heure du retour des bidonvilles à Saint Denis… Non. Ce n’est pas la réussite qui l'a poussée à abandonner ce champ de lutte, c’est le désintérêt. Il faut de l’exotisme encore et toujours pour mobiliser la gauche, nos pauvres ne l’intéressant plus, elle en arrive même à en importer toujours plus, tout en continuant à s’en désintéresser une fois ces pauvres arrivés à bon port.

La gauche s’attaque désormais de façon quasiment exclusive à notre intimité sexuelle. Elle y convoque toute sa dialectique révolutionnaire habituelle, et on parlera bientôt de tous ces députés pétris de « justice sexuelle ». Au-delà du ridicule et du pathétique, ce cheval de bataille révèle comment la fausse charité des hommes de gauche n’est qu’une marionnette dans les mains des Francs-Maçons, ceux-là mêmes qui sont résolus à annoncer un homme de nouvelle génération, un homme augmenté, un homme nouveau. Convoquer les Francs-Maçons dans un article pour expliquer un phénomène politique est toujours délicat si l’on ne veut pas se transformer en complotiste obsédé au bord de l’hystérie soralienne. Cependant, l’étrangeté de s’attaquer aux corps des citoyens ne peut s’expliquer que par l’idéologie franc-maçonne. Pour ces magiciens du futur, l’homme que nous connaissons n’est qu’une étape dans la conquête du cosmos, une étape qui doit laisser place à une autre. Pour les Francs-Maçons, la parousie, c’est maintenant, et c’est à leurs mains. Et la seule responsabilité des humains d’aujourd’hui est de préparer l’avènement des humains de demain. L’homme augmenté sera un homme libéré de son corps, donc de ses désirs. Il convient donc de neutraliser ce corps.

De la fin du désir à la fin de l’aventure


Ce que Benoit XVI appelait avec une grande modernité teintée de poésie, la séquence amour-sexe-procréation, a été découpée méticuleusement par ceux qui veulent engendrer un homme nouveau, un homme-molle participative du Grand Tout ayant enfin atteint un équilibre stable sur les bases d’un recyclage perpétuel. Nous connaissions le découpage soixanthuitard entre amour et sexe, renforcé récemment par toute la promotion de la « sexualité d’amitié » dans certains films pour grands adolescents. Nous avons connu l’an dernier la confirmation d’un découpage supplémentaire entre sexe et procréation, avec les propos des militants visant à « fabriquer » des bébés sur commande : PMA, GPA. À croire que le livre futuriste d’Aldous Huxley n’a pas servi à épouvanter les maçons, mais plutôt à les guider.

La première étape de ces découpages provoque l’euphorie dans les rangs des militants, et une sorte d’opportunisme chez certains bourgeois qui ne rechignent pas à élargir leur possibilité de jouir. Cette euphorie de la libération des mœurs n’est que passagère. Elle disparaîtra à la fin de toute libération sexuelle pour se fondre dans une hygiène relativiste. « Si ça lui fait plaisir, du moment qu’il n’y a pas de préjudice pour autrui… » Le jour où le sexe sort de la sphère des désirs, fussent-ils considérés comme impurs, pour n’être plus qu’hygiène nécessaire à la paix, à l’équilibre individuel, … nous aurons alors assisté de même à la mort du plaisir sexuel. Souvenons-nous encore une fois du « meilleur des mondes » d’Aldous Huxley, où nous pouvons voir dans un lieu public une série de vibromasseurs disponibles et destinés à calmer les ardeurs féminines et revenir en maîtrise complète de son corps… L’homme nouveau et la femme nouvelle ne sont pas encore des machines parfaites. Dans un monde qui s’est mis à considérer autrui comme un sex toys pour soi, rien d’étonnant qu’autrui finisse par disparaître de la sexualité, comme un aléa encombrant. Mais la chair est réactionnaire dès le départ, quand elle rappelle notre identité, quand elle nous rappelle que l'on ne possède pas un corps, que l'on n'est pas dedans, mais que l'on est également ce corps. C'est tout de même étrange que ce soit ceux qui croient en l'âme qui soient obligés de rappeler notre être biologique. C’est tout de même pétri d’ironie, que les durs à jouir deviennent un jour les derniers à jouir.

Être le terrain où le bien et le mal s’affrontent


À quoi bon jouir si j’ignore le mal ? Il n’y a pas de jouissance sans le mal. Il existe une dimension de mort, même dans la sexualité la plus « pure », au cœur même de la fameuse « séquence », une dimension qui nie l’autre pour son propre plaisir, une dimension qui nous nie nous-mêmes pour ce même plaisir. Il y a le crime et le suicide présent au cœur de la sexualité. Le principe contraire de la vie est contenu dans la vie, la pulsion de mort dans la pulsion de vie, elle en est le facteur d’instabilité, le moteur intrinsèque. Le désir fait rentrer l’homme dans l’aventure. Cette aventure n’est autre que le combat du bien et du mal. Notre société a pour projet de fusionner les deux dans un même ensemble que Murray avait appelé l’empire du Bien, et que l’on pourrait définir comme le bien en pire. Dans ce monde d’après la dérégulation sexuelle, les plus incarnés resteront les réactionnaires, ceux qui acceptent de continuer à être ce terrain où s’affrontent le bien et le mal. Réécoutons le titre « Voyou » de Fauve ≠ chroniqué il y a peu dans ces colonnes par Bertrand Betsch, le chanteur y crie dans le déchirement de l’aventure humaine : « il sait pas ce que c’est d’être le terrain où le bien et le mal s’affrontent.» Nous ne serons jamais tranquilles, nous ne serons jamais rassasiés avant la mort. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que ce temps du tout sexuel dans la politique soit aussi le temps où on veut domestiquer la mort. La modernité veut tuer la mort, là encore en la faisant entrer dans le domaine tellement éthique de l’hygiène. D’une fausse vie à une fausse mort, l’homme à venir, engendré par la pensée maçonne, est un mouton utile pour la conquête du cosmos. D’une vie désincarnée à une mort tellement bonne qu’elle n’est même plus un scandale, même plus un problème, qu’elle n’oriente plus nos vies. C’est parce qu’au bout du désir il y a Dieu, que les modernes marionnettes des Francs-Maçons veulent tuer le désir. C’est parce qu’au bout du désir il y a l’individuation, la liberté de combattre, la liberté tout simplement, que les Francs-Maçons veulent nous en débarrasser.

Le sexe rejoindra donc l’amour et l’humour, mis en marge de l’empire du bien. Les êtres orientés par le désir de Dieu seront ce paradoxe d’être des êtres de chair et de désir, à côté de l’homme moderne définitivement domestiqué. Les catholiques devront être ceux qui prennent le risque de rester incarnés, ceux qui prennent le risque d’être tentés, d’être pécheurs, d’être impurs, et la décision de lutter toute leur vie, d’être en guerre toute leur vie. Le Christ nous a promis l’épée et le Royaume, il ne nous a pas promis le bien-être pour tous et la maison témoin.

Médiatrice (Salve Regina)
Médiatrice (Salve Regina)
À la Douloureuse (Stabat Mater)
À la Douloureuse (Stabat Mater)
En 2005 non plus le Gender n’existait pas
En 2005 non plus le Gender n’existait pas

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :