Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


L’exception culturelle musulmane s’installe

L’exception culturelle musulmane s’installe

Par  

Qui aurait pu imaginer que la tolérance nous aurait amenés à laisser faire des prières de rue, à accepter le Niqab en ville malgré des lois contraires, à taire des viols en augmentation, à taire toutes ces attaques au couteau qui visent la carotide de quelques passants, à envisager placer un pays qui pratique la peine de mort publique et barbare à la tête du conseil des droits de l’homme… sans doute pas les adeptes de l’humanisme à tout craint. L’obsession humaniste ne nous amène pas seulement à trier les poubelles… Nous savions que le relativisme absolu qui est pratiqué pouvait nous conduire à envisager la fabrication d’enfants à la demande de couples de même sexe, et nous découvrons maintenant que ce relativisme absolu accouplé à un complexe du multiculturalisme fait émerger une sorte d’exception culturelle musulmane, préservant leurs pratiques les plus indignes jusqu’au crime. 

 

Tolérance, realpolitik et intérêts particuliers 

Si nous évoquons cette tolérance, c’est aussi pour trouver une raison, habiller le silence assourdissant des médias sur certains sujets. Par exemple, l’afflux de migrants, en Allemagne notamment, a permis de voir le nombre de viols des femmes augmenter de façon importante. Mais les médias se taisent, car ils sont et restent compréhensifs vis à vis de ces jeunes hommes dans la force de l’âge à ce point victimes qu’ils doivent tenter l’aventure de la sécurité sociale en Europe. 

Si cette exception culturelle nous saute aux yeux ces jours-ci, c’est que l’actualité étale avec ironie tout le culot du pays qui joue le rôle de tabernacle de l’Islam, l’Arabie-Saoudite. Lundi 21 septembre, cette dernière fut nommée à la tête d’un groupe consultatif qui propose des experts pour le Conseil des droits de l’homme des Nations unies… Le droit de l’hommisme onusien met au grand jour sa filiation national-socialiste… Pendant ce temps, l’Arabie-Saoudite devait décapiter jeudi 24 Ali Mohammed Al-Nimr, un opposant chiite de 21 ans, dont le corps, monté sur une croix, devait être exposé publiquement jusqu’au pourrissement de ses chairs… Charmant ! Je raffole de ce genre de plan. Les droits de l’homme sont décidément soumis à autant d’interprétations à géométrie variable que le Coran lui-même ! Heureusement, cela s’indigne sur les réseaux sociaux et dans les salons parisiens. Et Riyad s’explique et affirme tout de même appliquer la peine capitale pour les crimes graves, sur la base de la charia, la loi islamique : meurtre, viol, trafic de drogue, vol à main armée, enlèvement, mais aussi apostasie (refus de la religion), adultère et « sorcellerie ». 

Les réactions des politiques et intellectuels variés font penser que l’on s’insurge sur cette décapitation pour accepter tout le reste du package de l’exception culturelle musulmane : bourka, charia, … cette décapitation agit comme la dernière zone d’indignation protégée comme le définissait Philippe Muray. Dernière sortie avant péage, baroud d’honneur, résistance justifiant la chute, garantie accordée pour endormir l’opposition. D’ailleurs, l’indignation n’est pas générale. Chevènement et Lang ne souhaitent pas rompre les relations avec l’Arabie-Saoudite. Les raisons avancées oscillent entre realpolitik et les arguments du type « de toutes façons l’Arabie-Saoudite n’est pas la seule à être méchante… » Du côté de Chevènement, c’est la realpolitik et notre incapacité à nous passer de l’or noir. L’Irak avait eu droit à deux guerres, mais l’Arabie arrose suffisamment pour acheter notre silence. Cette realpolitik n’est qu’une variation de la fameuse raison d’Etat. Du côté de Jack Lang, on se drape de la lâcheté habituelle pour dire qu’après tout il y a bien la peine de mort aussi aux Etats Unis… L’argument est bien évidemment insuffisant, mais nous savons que Lang a toujours trouvé utile de conserver sur la planète des zones de non-droit pour offrir des vacances plus attrayantes à l’Occidental blasé. Les masquent tombent. L’heure n’est pas à faire de la géopolitique en démontrant les intérêts croisés entre la finance occidentale, l’Arabie-Saoudite et le financement de l’islamisation de l’Europe, mais à l’illustration de l’émergence d’une exception culturelle musulmane. 

 

La tolérance, … y’a la France pour ça ! 

Paul Claudel avait balancé à son époque la fameuse phrase : « la tolérance, y’a des maisons pour ça ! » Force est de constater que l’Occident et particulièrement la France sont devenus cette maison. C’est tout de même un sacré bordel ! Heureusement que l’on trie nos poubelles… 

A l’heure où l’Occident n’a de cesse de détruire tout ce qui fit sa culture, en cultivant les complexes historiques, en détruisant les dernières parcelles de transmission de savoir, voilà que l’on qualifie de culturel ce qui est issu de ce qui est le contraire d’une civilisation, l’Islam. La génération spontanée occidentale qui raisonne, toute fière d’une virginité retrouvée, se fait souiller sans broncher, toute attachée qu’elle est à son esprit de tolérance et de multiculturalisme. Sauf que le melting-pot se transforme bien en pot-pourri ! A force de s’amuser à pratiquer l’art de la déconstruction, on finit par ouvrir grands les bras à ceux qui pratiquent ça naturellement avec grand style, sans évolution depuis 14 siècles. Des experts de la déconstruction, vous allez voir ce que vous allez voir ! Table rase … gratis. 

Quand on n’a plus aucun repère et que l’on n’a plus que des réflexes de pensées de bisounours, rien d’étonnant que l’on qualifie de culturel et religieux une volonté de bâcher sa femme, de violer tant que de besoin, d’égorger si nécessaire, etc. C’est l’exception culturelle musulmane, qu’on se le dise ! Quelle suffisance dans l’ignorance de la part de nos humanistes modernistes que de penser que leur modèle de lope puisse être attractif pour la religion du caïd… Nous pouvons d’ailleurs nous souvenir de l’accommodement raisonnable au Canada. Cette posture vis-à-vis de l’Islam est allée jusqu’à engendrer une jurisprudence où l’homme pouvait frapper sa femme en raison de ses traditions culturelles. TOLERANCE ! 

C’est pas leur faute, ils n’ont connu que ça, il faut leur laisser le temps… L’argument ultime est bien sûr de parler d’évolution. Ils ne sont qu’au Moyen-âge, après tout… Ils ont 600 ans de retard. Ah bon, maintenant on reprend le Christ comme point de départ de notre civilisation ? Décidément, le manque de cohérence intrinsèque du moderniste me clouera toujours. Dialectique ne fait pas pensée… D’abord, il y a six cents ans, nous n’étions pas au Moyen-âge. Et si on veut comparer l’Islam d’aujourd’hui à notre Moyen-âge, allons-y ! C’est sans problème. Comparons la place de la femme, comparons la production artistique et littéraire, comparons l’économie, comparons les sociétés. Régine Pernoud aurait pu vous faire ça très facilement. Sans compter qu’il faudrait prouver que l’Islam lui-même connait les lois de l’évolution, c'est-à-dire de la transmission… 

Notre ignorance mise au service du multiculturalisme nous conduit à tolérer des pratiques indignes avant de nous-mêmes nous y soumettre. La tolérance mène aux camps !


La démographie musulmane en Europe
La démographie musulmane en Europe
Officines municipales d'art dit contemporain international
Officines municipales d'art dit contemporain international
We want a Revolution
We want a Revolution

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :