Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Can vei la lauzeta mover

Can vei la lauzeta mover

Par  

Can vei la lauzeta mover

 

 

Can vei la lauzeta mover
de joi sas alas contra'l rai,
que s'oblid'e's laissa chazer
per la doussor c'al cor li vai,
ai ! tan grans enveya m'en ve
de cui qu'eu veya jauzion,
meravilhas ai, car desse
lo cor de dezirer no'm fon.

Ai, las ! Tan cuidava saber
d'amor, e tan petit en sai !
Car eu d'amar no'm posc tener
celeis don ja pro non aurai.
Tout m'a mo cor, e tout m'a me,
e se mezeis e tot lo mon ;
e can se'm tolc, no'm laisset re
mas dezirer e cor volon.

Anc non agui de me poder
ni no fui meus de l'or'en sai
qu'em laisset en sos olhs vezer
en un miralh que mout me plai.
Mirahls, pus me mirei en te,
m'an mort li sospir de preon,
c'aissi'm perdei com perdet se
lo bels Narcisus en la fon.

De las domnas me dezesper ;
ja mai en lor no'm fiarai ;
c'aissi com las solh chaptener
enaissi las dechaptenrai.
Pois vei c'una pro no m'en te
vas leis que'm destrui e'm cofon,
totas las dopt'e las mescre,
car be sai c'atretals se son.

D'aisso's fa be femna parer
ma domna, per qu'e'lh o retrai,
car no vol c'om deu voler,
e so c'om li deveda, fai.
Cazutz sui en mala merce,
e ai be faih co'l fols en pon ;
e no sai per que m'esdeve,
mas car trop puyei contra mon.

Merces es perduda, per ver
– et eu non o saubi anc mai –,
car cilh qui plus en degr'aver,
no'n a ges ; et on la querrai ?
A! can mal sembla, qui la ve,
qued aquest chaitiu deziron
que ja ses leis non aura be,
laisse morir, que non l'aon !

Pus ab midon no'm pot valer
precs ni merces ni'l dreihz qu'eu ai,
ni a leis no ven a plazer
qu'eu l'am, ja mais no'lh o dirai.
Aissi'm part de leis e'm recre ;
mort m'a, e per mort li respon,
e vau m'en, pus ilh no'm rete,
chaitius, en issilh, no sai on.

Tristans, ges no'n auretz de me,
qu'eu m'en vau, chaitius, no sai on.
De chantar me gic e'm recre,
e de joi e d'amor m'escon.

Traduction (très libre) de Bernard de Ventadour
Ah, quand l'alouette

Ah, quand l'alouette à tire d'aile
lance au ciel un joyeux défi…
et se tournant d'un coup chancelle
ivre d'air de douceur d'oubli,
comme j'envie les gens qui peuvent
s'ouvrir au plaisir de la voir !
C'est merveille que ne s'émeuve
en moi nul désir – nul espoir.

Hélas, que ma science était belle –
d'amour j'étais bien mal appris !
Car d'amour je n'ai que pour celle
qui ne m'accorde que mépris :
elle a mon cœur et s'en abreuve,
et me tenant en son pouvoir,
se rit de moi comme une veuve
que ne retient plus nul devoir.

Alors à moi-même rebelle
et tout à moi comme ennemi,
je ne cherche à me voir qu'en elle
et ne trouve en ses yeux qu'ennui.
Miroir, en toi j'ai fait l'épreuve
de mon désir et n'ai pu voir
qu'une ombre fuyant, vaine preuve
pour Narcisse d'un vain espoir.

A vous, mesdames, j'en appelle,
que si souvent je défendis.
Mais comment croire encore en celles
qui de loyauté n'ont souci !
Pas une au délaissé qui veuille
offrir un sourire, un espoir ;
pas une qui vienne à son deuil
donner une raison de croire.

Ma Dame en cela se révèle
bien femme, et moi qui le lui dis,
je ne voudrais pas la voir telle
qu'elle aurait honte qu'on la vît.
Bien fou d'avoir ainsi fait preuve
de tel bon sens et bon vouloir :
me voici chu de si haute œuvre
au plus profond du désespoir.

Malheureux qui toujours espère
trouver encore ici-bas merci
quand s'écoule une eau si amère
des lèvres qui riaient ainsi !
Ah, qu'à la voir on peine à croire
que de tels maux puissent tomber
de cet œil où s'en venait boire
qui ne savait où s'abreuver !

Dame ! S'il n'est plus rien qui vaille
d'aller prier, crier merci
ou dire un droit qui veut qu'on aille
d'elle ainsi s'éprendre à l'envi,
je me tairai sans plus attendre
d'elle qu'un mot, le dernier coup
qui me tue – ou bien m'en vais prendre
exil au loin je ne sais où…

Tristan, n'attends plus rien de moi,
car je m'en vais je ne sais où.
Nul chant ne tente plus ma voix,
de joie et d'amour je me fous.

 


N’attends plus
N’attends plus
Mauvaise NouvelleActe I
Mauvaise Nouvelle
Acte I
Mauvaise NouvelleActe II
Mauvaise Nouvelle
Acte II

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :