Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Manuel, tends l’autre joue !

Manuel, tends l’autre joue !

Par  

Manuel Valls a demandé un euro de dommages et intérêts pour avoir été giflé. Franchement, ça vaut le coup de se faire plaisir ! J’aurais été prêt à payer davantage, moi pour lui en foutre une. Cependant, il s’agit peut-être d’une façon sournoise de s’enrichir de la part du cerbère des socialistes. Et oui, si on considère comme ce fameux auditeur de France Inter que nous sommes 66 millions à vouloir lui en donner une, ça commence à lui faire un bon petit matelas.

Revenons tout de même sur ce gravissime attentat du 17 janvier 2017 dans les Côtes d’Armor qui consista à tapoter la joue de Fouché. Maxime Brunerie n’est pas prêt d’être détrôné par ce soufflet. Mais si la violence ne fut pas manifeste lors de cette gifle (puisque l’intéressé sut esquiver), elle le fut dans ce qui suivit. Plaquage au sol avec énergie, clé de bras etc… On ne provoque pas aussi facilement celui qui courageusement fit gazer les poussettes. La République, ça se respecte ! Violence encore via la performance expéditive de la justice… Le jeune homme de 18 ans a été jugé coupable de « violences volontaires sans incapacité de travail avec préméditation. » : trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d’intérêt général. Ça doit faire rêver bien des gendarmes et policiers qui se voient nargués par ceux qu’ils ont arrêtés la veille. Ça doit faire rêver toutes les victimes condamnées à croiser leur bourreau au quotidien.

Les journaux collabo aux ordres s’empressent de trouver dans l’adolescence si fraiche du criminel une quenelle facebookienne pour classer le rebelle dans la catégorie de l’extrême droite, tout comme ils classent dans la catégorie des déséquilibrés tout meurtrier islamiste. C’est facile, les cases sont prêtes. Beaucoup y vont du couplet de l’insulte à la fonction de l’homme d’état, du crime envers le monstre froid, et surtout… d’un recul de la démocratie. Quand le peuple sort de sa niche, la démocratie recule… Ce fut le cas avec le Brexit ou avec Trump. Qu’on se le dise : le peuple met en danger la démocratie. Depuis le temps que je rabâche que la démocratie est parfois un danger pour le peuple, surtout quand cette dernière fut populaire, je ne peux que sourire de cet effet miroir.

L’enfariné, le ministre le plus hué de tous les temps, celui qui tous les jours sait être fort avec les faibles et faible avec les forts, celui qui est incapable d’autorité sans abus, se permit lui-même de marquer son autorité par une tape de correction paternelle. Ce fut à l'université d’été 2015 du parti socialiste à la Rochelle, le bénéficiaire était un jeune frondeur s’étant permis de siffler. Le manque de respect est insoutenable pour l’orgueilleux. Mais cher Manuel, pour être respecté, il faut être respectable, exemplaire : respecter soi-même les autres, le peuple en l’occurrence. Un chef d'état idéal est rempli d'humilité dans son désir de servir. Tu es enlisé dans un cercle vicieux. Plus tu donneras dans l’autoritarisme, plus tu t’agiteras nerveusement, plus la gifle à l’élection sera grande. Pour en sortir, tu n’as qu’une chose à faire : tendre l’autre joue ! La gauche bien sûr…


Burkini : Manuel de la Mancha monte au front
Burkini : Manuel de la Mancha monte au front
Rassure-toi, Manuel, tu ne seras jamais de droite !
Rassure-toi, Manuel, tu ne seras jamais de droite !
Un candidat peut en cacher un autre
Un candidat peut en cacher un autre

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :