Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Radicalisation : RATP, ADP, Clubs de sports, prisons

Radicalisation : RATP, ADP, Clubs de sports, prisons

Par  

 

La République reste toujours infatuée de ses valeurs et se croit, au cœur même de son collapsus, encore plus puissante que le fanatisme qu’elle a importé sur notre territoire. Ce doit être la naïveté franc-maçonne, quand on passe sa vie à comploter, on croit que les choses sont simples et obéissent aux déterminismes de sa narration, on se prend pour un marionnettiste. Ainsi, un rapport parlementaire consacré aux services publics face à la radicalisation a été publié le mercredi 26 juin. La synthèse officielle est inscrite dans notre Pravda made in France, Le Monde : la situation est plutôt sous contrôle. J’aime particulièrement l’intrusion du petit mot « plutôt ».

Les députés Eric Diard (LR, Bouches-du-Rhône) et Eric Poulliat (LRM, Gironde) ont réalisé 51 auditions avant de livrer ce travail de synthèse. Au 29 mai dernier, sur les 21 000 personnes inscrites au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, les fameux fichés S, seules 1.500 exercent ou ont exercé une profession dite sensible. On évacue tout de suite l’armée, la gendarmerie, la police, assez peu concernées. Les zones où le constat est alarmant se situent sans surprise dans l’administration pénitentiaire, à la RATP, à Aéroport de Paris (Villiers l’avait déjà révélé en 2006 dans son ouvrage Les mosquées de Roissy), dans les métiers de la santé et dans les clubs de sport. Pour illustrer le propos, fermez les yeux et imaginez : un surveillant pénitentiaire prie fraternellement avec un détenu dans sa cellule, des agents de maintenance de la RATP recrutés sans enquête administrative préalable, des salariés d'Aéroports de Paris (ADP) suivis pour radicalisation, mais dont on autorise l'accès aux zones réservées, des syndicats communautaristes émergent… ce qui est étonnant dans ce rapport, c’est presque que certains soient étonnés ou jouent à l’être. Mais le plus grand étonnement vient après et il concerne les clubs de sport…

Nos clubs de sport sont donc infestés d’islamistes. Finies les troisièmes mi-temps tout nu, les censeurs poilus du visage sont passés par là. Il faut dire que le groupe État islamique invite ses partisans à s’entraîner aux sports de combat dans des clubs. Mais souvenons-nous que la France masochiste avait déployé un vaste programme d’implantation de salles de boxe dans les quartiers, notamment via le zèle du financier Thomas Piquemal, président d’honneur de l’Académie Christophe Tiozzo, dont l’objectif est de promouvoir l'insertion par la pratique de la boxe dans les quartiers dits sensibles… Il n’y a bien sûr pas que la boxe, mais aussi la musculation, le foot et… les centres de tirs ! Quelle meilleure activité pour partager les valeurs universelles du sport ? On sait que dans les centres de tirs en France, tout le monde s’entraine ; à chaque communauté ou ethnie, son jour d’entrainement. Le jour de la compétition officielle, il faudra enfin accepter d’appeler ça une guerre civile.

Ce qui est étrange dans ce rapport, bien sûr, c’est qu’il est ne porte que sur le seul et unique objet qu’il s’est donné. Cela permet aisément au Monde de conclure comme le serpent du Livre de la Jungle par un « Aie confiance » adressé au petit peuple. Que l’on circonscrive les risques aux quelques domaines de la RATP, d’ADP et des clubs de sport devrait être de nature à nous rassurer dans notre capacité à combattre le mal. Seulement on ne croise avec rien. On ne croise pas les infos de ce rapport avec celles des autres rapports qui nous signalent que des zones entières du territoire sont soumises à la charia, que cette charia est souvent doublée des règles de la mafia dans les quartiers où toute l’économie tourne autour du trafic de drogue, que le multiculturalisme fait exploser les agressions homophobes, que les trottoirs sont trop petits à Chapelle-Pajol, qu’aux urgences les agressions sont courantes, qu’une coupe d’Afrique des nations s’organise dans les quartiers autour de groupes ethniques et dérive en rixes armées à Lyon, que l’on a fait la fête dans le 93 suite aux pires attentats que notre pays a connus, que les Juifs se sentent désormais en danger en France et j’en passe.

Que l’administration soit encore peu islamisée ne nous garantit rien puisqu’elle est toujours le dernier bastion à tomber. En Algérie, l’administration resta française jusqu’à notre départ… Il faudrait plutôt s’inquiéter que l’islam radical commence à fissurer l’administration, y voir un signe du point de bascule de l’islamisation définitive de notre nation. Ce qui est intéressant est de noter le nom du comité en charge de toutes ces questions autour de la radicalisation : le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation. Le lien est donc fait entre la délinquance et le terrorisme. Quand nous le disions (Qui vole un œuf vole un bœuf, … et devient terroriste), nous étions accusés d’incitation à la haine raciale et surtout de faire l’amalgame… Les quartiers islamisés sont de fait non seulement le lieu idéal de recrutement, mais également le maquis (modéré) qui cache les terroristes en puissance.


La RATP, collabo des islamistes
La RATP, collabo des islamistes
Des prisons à l’image de la France
Des prisons à l’image de la France
Dé-radicalisation : la boîte à idées
Dé-radicalisation : la boîte à idées

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :