Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Lubie

Lubie

Par  

Illustration : ©Hélène Desplechin

un jour tout le monde
si je l’ose
entendra mon blasphème
un jour je vais faire
quelque chose
qui changera le système
martyr surmédiatique
j’exploserai en lambeaux
sans regret ni sanglot
sur la place publique
devant le stade
sur l’esplanade
à Paris
à Paname
dans la danse symphonique
des cliquetis métalliques
éclater
sans raisonner
retentir
sans coup férir
prendre
et reprendre et répandre
éclabousser les cieux
sous le regard des vieux
couvrir la République
de ma fureur toxique
de ma rage thoracique
joncher les grands boulevards
de mes boyaux épars
exsuder l’immondice
et la stupeur
à l’ombre du Pont Neuf
et des jeunes filles
en pleurs
forcer un restaurant
au hasard
juste pour voir
abattre les clients
lacérer scarifier
consumer de douleurs
les vils consommateurs
en prendre un dans les chiottes
lui faire avouer ses fautes
le canon dans la bouche
inflexible et farouche
refuser tout pardon
dénier l’absolution
achever
la confession
d’un ton mélancolique
apostolique
et prodiguer
l’extrême ponction
laisser vagabonder
dans les joints du carrelage
le sang bleu des otages
baliser les avenues
en leur pissant au cul
faire baliser la masse
des passants qui s’entassent
qui s’enlacent qui trépassent
et l’on verra sortir
des égouts qui soupirent
le peuple des rongeurs
sanguinaires et songeurs
appâtés par l’odeur
attirés
par le remugle infâme
qui s’exhale en vapeurs
des vertes flammes
du néant salvateur
détourner un avion
m’emparer d’un fourgon
plonger à pic
m’extraire du trafic
me crasher dans l’extase
déchiqueter les bourgeoises
et dans le même instant
relâcher les pédales
réveiller les pédants
délaisser les commandes
exciter la légende
contempler satisfait
depuis l’autre côté
le braséro des larmes
le point zéro des armes
les clameurs les alarmes
être un dieu plus qu’un dieu
parasiter les sens
habiter les consciences
la fièvre et les frissons
feront vibrer mon nom
le deuil ostentatoire
perpétuera
maladroit
mon souvenir ma mémoire
je ferai figure d’exemple
on me dressera des temples
je deviendrai l’emblème
post-mortem
subliminable
de tous les damnés
récusés
brisés fauchés
par l’anathème outré
d’une société coupable


Mauvaise NouvelleActe I
Mauvaise Nouvelle
Acte I
Mauvaise NouvelleActe II
Mauvaise Nouvelle
Acte II
Mauvaise NouvelleActe III
Mauvaise Nouvelle
Acte III

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :