Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Madonna, Marine et Saint Martin

Madonna, Marine et Saint Martin

Par  

Chronique positive de la 10ème semaine

Peut-on se réjouir de l’actualité sur Mauvaise Nouvelle ? Essayons nous à l’exercice des petites chroniques positives.

Juste un verre alors…

Madonna tente de se rattraper après avoir affiché le visage de Marine avec une croix gammée dans ses spectacles et après avoir comparé le climat en France actuellement à celui de l’Allemagne nazie. Voilà qu’elle invite la femme politique à « pRendre un verre » par caméra de canal + interposée. L’invitation faite à Marine de la part de la star vieillissante de la pop internationale ayant décidé d’exhiber autant sa croix en pendentif que ses petites culottes, pourrait ressembler à un piège.

Cette piteuse excuse a annoncé tant d’embuscades que l’on aurait pu penser que Marine Le Pen s’en tienne éloignée, surtout en période électorale. D’autant plus que Madonna nous a habitués à de multiples provocations. Loin de cela, la présidente du Front National a annoncé, mardi, qu’elle acceptait avec plaisir l’invitation de la diva à la rencontrer autour d’un verre, gageant de sa bonne foi. (Qu’en aurait-il été si l’invitation avait été à un combat de catch dans la boue ?)

Pour ma part, je crois beaucoup à la diplomatie de comptoir. Quand deux personnes s’accordent à noyer leurs différents dans un p’tit jaune, il y a de grandes chances pour que la glace fonde entre elles. Ce qui est à souligner ici, c’est un geste d’ouverture au dialogue auquel nous ne sommes plus guère habitués. Dans notre beau pays du vivre ensemble, sous la férule de maîtres exemplaires en la matière, nous sommes « pour » ou « contre » et chacun reste de son côté du fossé à invectiver l’autre. Echanger des arguments, ce serait instruire l’ennemi… Ce qui est étonnant, c’est qu’il aura fallu que ce soit une américaine qui vienne nous faire la leçon dans ce domaine-là aussi.

Chacun son Tours

On savait le crowfunding à la mode, pardon, le financement participatif, mais le maire de Tours, Serge Babary, a frappé cette semaine un grand coup. Le dôme de la basilique Saint Martin (abritant ce qu’il reste des reliques du grand saint après les incendies de la Réforme et de la Révolution) menace de s’effondrer. Les travaux sont estimés par les experts à près de 1 710 000 €. Une paille qui explique que ce type de chantier fasse grincer des dents y compris chez les plus ardents défenseurs de la loi de 1905…mais cela est un autre débat. Nous ne dirons rien non plus dans cette chronique positive de la manie de certains autres élus de miser sur le pourrissement pour aboutir à la destruction plutôt qu’à la réhabilitation de nos églises.

Outre les habituels bailleurs de fonds (ville, département, région et même l’Europe), le maire a décidé de solliciter, comme lors de la construction, le bon peuple. La fondation du Patrimoine collectera les dons et a lancé pour ce faire une plateforme internet : http://www.saintmartin-tours.fr/ L’objectif affiché : récolter au titre de ce mécénat populaire au moins 10 % du montant des travaux soit 171 000 €. Espérons que le bon Saint Martin, qui su donner à la France un paysage par l’instauration des paroisses, saura surprendre encore une fois tous les grands argentiers. Et c’est tout de même l’année où jamais pour ces travaux puisque nous fêterons en 2016 les 1700 ans de la naissance de Saint Martin, les billets pourraient bien pleuvoir du monde entier pour sauver ce qui abrite tant d’ex-voto de la grande guerre. Et permettons nous d’imaginer comme la corbeille sera pleine si les mécènes vont jusqu’à donner chacun la moitié de leur manteau.


La torture et Marine Le Pen
La torture et Marine Le Pen
La vague rose marine…
La vague rose marine…
Saint Louis et la dernière croisade
Saint Louis et la dernière croisade

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :