Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Souffrance au travail : une loi contre la double peine ?

Souffrance au travail : une loi contre la double peine ?

Par  
Propos recueillis par Kateri Andami

Dans les épisodes précédents nous avons identifiés une « double peine » pour les salariés dits inadaptés en entreprise et à qui on reproche surtout d’être ce qu’ils sont et que l’on fini par mettre en situation d’échec en les culpabilisant. Maintenant que nous savons ce que représente la double peine, que nous avons mieux caractérisé celle-ci  pour les salariés disgraciés, agissons ! Investiguons des solutions !

Nous ne pouvons pas laisser ces non-alignés, ces « désalignés » (qui se sentent parfois et à juste titre moins aliénés), ces a-croporate, ces vilains petits canards se noyer sans agir, sans trouver des solutions ? La première solution à envisager est peut-être de légiférer…

 

Vite une loi contre la double peine des travailleurs !

Nicolas S…, puisque tu reviens un peu, reviens nous vite pour étendre la loi contre la double peine à nos salariés ! La double peine… Le sujet a fait l’objet de nombreux débats et articles à propos de nos immigrés clandestins. Ces double hors la loi, puisque sans papier et auteur de délit, se trouvaient punis par la loi française et expulsés manu militari (dire maintenant Manu VALLSi) dans leur pays d’origine, sans que la France n’ait le courage de punir dès la première peine d’être sans papier, parce tout de même, nous sommes le pays des droits de l’homme… L’incompréhension de la double peine ne pouvait être que totale. Sarkozy en a donc fait une loi pour limiter les effets iniques de la concomitance de lois touchant ces malheureux ayant commis a priori deux délits… Le premier celui d’avoir immigré clandestinement en France (et qui, seul, n’est soumis à quasiment aucune peine), le second d’avoir commis une malversation quelconque (drogue, trafics, agressions…)

Il fallait donc une loi pour protéger les plus faibles car après tout on peut avoir de bonnes raisons d’émigrer clandestinement et commettre un petit larcin ensuite. Il y a tout du moins une véritable logique, et c’est celle de la précarité dont l’Etat se fait complice en amont, et que l’Etat trahissait en fin de course.

Dans le monde du travail, il est urgent d’agir pour promulguer une telle loi, car contrairement à nos immigrés, nos salariés dans une telle situation restent en compagnie de leur bourreau et du système devenu carcéral, les côtoient tous les jours. Comme les immigrés, leur différence est marqué accentuée, transformée en caricature d’eux même par le système qui les pousse à la faute et à confirmer ainsi leur inadaptation. Les effets peuvent en être dévastateurs et conduire à la volonté de monter dans un charter vous emmenant loin de ce système vous infligeant cette double peine. Nos vilains petits canards se noient dans une indifférence sans nom ! Certains ne se donnent pas la peine de prendre un billet d’avion et sombrent dans toute forme de dépression ne supportant plus ces jugements iniques, l’omerta qui les entourant… ils ne supportent plus la couleur de cette pelouse, ce terrain de jeu ou l’entraineur leur reproche leur manque d’atteinte de résultats sans à aucun moment regarder la situation de façon juste… Il n’est pas aisé de jouer au foot avec des palmes… Pas facile de marquer des buts dans ces conditions… Impossible de prouver quoi que ce soit depuis le banc de touche. C’est bien pour cela que nos vaillants joueurs de foot français avaient de belles chaussures rouges lors de la dernière coupe du monde, de vrais chaussures permettant d’atteindre leur objectif de marquer quelques buts. Et devinez qui leur avait donné les moyens d’avoir de telles chaussures ? Leur manager ! Leur Président !

Mais ceci est un doux rêve, si Nicolas revient il ne traitera pas en priorité cette souffrance. De plus une telle loi, si on parvenait à l’écrire et à la faire voter, ne permettrait vraiment à nos a-corporate de se sauver…. Il faut donc trouver des pistes concrètes pour ces salariés qui ne peuvent remettre leur sort qu’au bon désir d’électeurs et aux priorités d’un Nicolas ou d’un autre. C’est donc au cœur même de ce qui est nié au travail qu’il faut chercher, au cœur des relations humaines. En prenant bien soin de mettre de côté les questions d’organisations qui se résument souvent à des questions sur les structures organigrammiques, en mettant de côté les méthodes de travail qui se résument souvent à des réflexions cartésiennes sur qui pilote quoi dans des système de management intégré où chacun doit repérer son quant à soi. Il faudra donc parler de l’humain, du facteur humain, des relations humaines, de la façon dont les salariés travaillent et donc vivent ensemble.

Nous aborderons donc dans le dernier article de notre série des leviers plus réalistes qui sont à notre portée, à la portée de nos vilains petits canards, ces a-corporate… Sauve toi toi-même !

Kateri et Jason vous disent donc à bientôt …  Dans cette puanteur liée à la souffrance au travail…


Souffrance au travail : des clones et des ‘’inadaptés’’
Souffrance au travail : des clones et des ‘’inadaptés’’
Souffrance au travail : la fonction a tué le travail
Souffrance au travail : la fonction a tué le travail
Le monde du travail deviendrait-il asexué ?
Le monde du travail deviendrait-il asexué ?

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :