Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Tyrannies du temps : la transparence

Tyrannies du temps : la transparence

Par  

Au premier rang des pseudo-valeurs défendues par notre époque, on trouve, comme une sorte d'assurance de sainteté, la transparence. Qu'on la nomme ou qu'on ne la nomme pas, on l'invoque frénétiquement dans les medias, on la réclame au Café du Commerce.

À intervalles réguliers, en premier lieu quand un quelconque scandale politique s'étale dans la presse, la transparence devient la vertu manquante de notre République qui, pourtant, la protégerait à l'avenir d'un désordre semblable. Personne étonnamment ne semble relever que le-dit scandale n'a pas eu besoin de davantage de transparence pour éclater ; messieurs Thévenoud et Cahuzac ne le savent que trop bien.

Après tout, me direz-vous, les hommes politiques savent à quoi s'attendre en s'engageant et personne ne les y obligent, c'est donc en connaissance de cause qu'ils se plient à ces exigences outrancières. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, la transparence, c'est aussi pour vous…

Le terrorisme et la peur qu'il provoque a récemment servi de prétexte, mais c'est une aspiration de tous les États et de tous les pouvoirs, pour fournir de nouveaux moyens légaux d'écoute et de surveillace d'Internet à l'appareil policier. Pourtant Internet s'est développé dans les années 1990 sans le concours d'aucun État, sans contrôle, sans qu'il soit la cause d'un terrorisme islamique dont la naissance est plus ancienne1. Face à ce nouvel outil de communication, si nécessaire nous dit-on au printemps arabe, est une menace insupportable pour nos démocraties occidentales qu'il faut contrecarrer. Les pseudonymes - pourtant si délicieusement et si traditionnellement littéraires - ou l'anonymat apparent qu'Internet procure doivent être combattus, les propos qui y sont tenus se doivent d'être publiés avec transparence !

Que vous célébriez cette transparence, ou que vous commenciez à en douter, cela importe peu : à l'heure où nous parlons, François Hollande et Manuel Valls ont déjà été informés - ou presque - que vous lisez Mauvaise Nouvelle. Vous voilà déjà taxé, à défaut de jihadisme, de terrorisme intellectuel ; il est temps d'arrêter de penser, activité fort dangereuse et si criminelle. Vous ne venez que ponctuellement, quasi par hasard, sur Mauvaise Nouvelle ? Rassurez-vous "quand on est honnête, on a rien à cacher". Néanmoins, Bonaparte en personne - même s'il a confié sa police à Foucher - a cru bon de préciser de son Code civil que "chacun a droit au respect de sa vie privée"2, peut-être que le secret a parfois sa raison d'être même dans un état de droit.

Aujourd'hui, sous les institutions qui sont celles de notre pays, nous ne sommes évidemment pas écrasés comme l'Arabie sous les Saoud ou comme la Syrie sous Bachar El-Assad mais la prudence commande de toujours se défier des menaces dès qu'elles poignent.

Vous avez aimé la tolérance du mariage pour tous ?
Vous allez adorer la transparence et la Stasi pour tous.

« Vite soufflons la lampe, afin
De nous cacher dans les ténèbres ! »3


Notes

  1. Fondation du Front Islamique du Salut en 1989, par exemple.
  2. Code civil, article 9.
  3. L'Examen de minuit, Charles Baudelaire.

Tyrannies du temps : la gouvernance
Tyrannies du temps : la gouvernance
Tyrannies du temps : la tolérance
Tyrannies du temps : la tolérance
COP21 : Apple a décidé de verdir sa pomme
COP21 : Apple a décidé de verdir sa pomme

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :