Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Un moratoire sur la mort

Un moratoire sur la mort

Par  

Je demande officiellement à Dieu un moratoire sur la mort ! Juste histoire qu’il prenne le temps de penser au bien-fondé de ce programme. Juste histoire que tout le monde prenne le temps de réfléchir aux conséquences du pêché. Car c’est bien le péché originel congénital sans cesses réactualisé qui nous met dans la mouise. On appuie sur pause. Quitte à mettre sur pause aussi toute reproduction pour éviter le bouchon dans l’entonnoir. On verra après pour reprendre les saillies reproductives. Un moratoire sur la mort donc. Qui me dira que c’est une mauvaise idée ? On y est tous gagnant. Pour un temps, un temps seulement. Car éloigner la mort ne nous fait pas entrer dans l’éternité, cela prolonge l’inutile et au mieux nous donne le goût de la perpétuité. Ce serait donc ça la réponse à mon angoisse ? renoncer à l’éternité pour en prendre pour perpet’ ? Ca y est, c’était à prévoir, la prise de tête commence. Ce serait trop simple de sursoir à mourir, d’avoir juste du rab.

Un moratoire est fait pour réfléchir d’un autre côté. Mais pourquoi est-ce encore à moi de produire des raisonnements, je sais trop bien où ça va me mener. Toujours à la case départ. Non, je pensais prendre l’initiative de ce moratoire pour forcer notre divinité à reconsidérer l’ensemble des séquences dans lesquelles on se mue tant bien que mal.

Primo nous sommes faits pour l’éternité et ce n’est pas le créateur qui va me contredire. On ressent tous ce souffle amoureux qui gonfle nos thorax tous les jours de la vie et qui nous pousse à transcender le temps dans une volonté têtue de se relier à l’invisible.

Deuzio, le temps nous manque depuis que la circulation est devenue notre mode de sur-vie. Nous circulons pour prendre de la valeur et en redonner, comme les marchandises, comme la monnaie, comme l’information. Nous n’aurons pas le temps de tout faire. Plusieurs vie serait peut-être un pis-aller, mais ne tranchons pas trop vite.

Tertio, rallonger la vie ne suffit pas. Plus on rallonge, plus le temps passe vite et plus nous arrivons à toute allure pour nous fracasser sur le grand mur de la fin. C’est à peine si nous avons le temps de savourer notre agonie, d’en profiter pour une conversion bienvenue. Cela s’explique de façon mathématique de façon assez simple. Le temps qui passe étant toujours rapporté au temps vécu, plus le temps vécu est important, plus nous allons vite vers la mort. Rallonger la vie, c’est donc accélérer vers la mort. Imaginer une perpétuité telle qu’elle nous l’est suggérée depuis l’annonce du moratoire, nous conduirait assez rapidement à vivre à la vitesse de la lumière, dans une accélération permanente et exponentielle. Ce n’est pas trop l’idée paradisiaque que je me faisais de la toute éternité…

Donc le vrai sujet ne serait pas de supprimer la mort, même si j’avoue que c’est à contre cœur que je l’avoue. J’ai du mal à accepter la notion de mal nécessaire. Je suis tout de même proche de colère permanente dans mes prières au tout-puissant… Bref, donc revenons à notre moratoire. Si supprimer la mort et en prendre pour perpet’ ne correspond pas à nos aspirations, il nous faut alors abolir le temps. Et nous fantasmons tous ensemble sur la possibilité de sortir du conitnuum humain pour rejoindre la vie discrète des anges. Ce n’est que dans la discrétion mathématique que nous pourrons cueillir des épiphanies. Soit ! Et alors, on lève le moratoire et on renoue avec nos angoisses de mortels ? Quitte à ne pas obtenir une modification de notre condition de mortel, peut-être pourrait-on convenir de l’apocalypse imminent ? Une sacrée épiphanie à savourer en one shot et on arrêterait de se sentir en salle d’attente, en patience, humiliés d’appartenir au troupeau des prédestinés à la mort.

Je lève le moratoire et réclame l’apocalypse.


L'État pétrolier du Québec
L'État pétrolier du Québec
L’éclipse de la mort
L’éclipse de la mort
L’Euthanasie ou le négationnisme de la mort
L’Euthanasie ou le négationnisme de la mort

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :