Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

Mise en ligne dédiée à Michaux


Valéry Molet : ange et démon

Valéry Molet : ange et démon

Par  

« Sombres merdes, pourritures éternuées, je ne vous déteste même pas tant je vous déteste ? » Ah, ça fait du bien ! L’injure serait-elle un développement personnel, un humanisme ? Qui n’a jamais rêvé d’insulter la terre entière, qui n’a jamais désiré l’apocalypse comme ultime possibilité de jouir ? L’outrance ne peut être que sans limite pour être crédible. Valéry Molet travesti en Zabdyr pour l’occasion, nous offre Injures précédant un amour légendaire. Il faut dire que « l’espèce humaine est d’une telle laideur » !

Avec cet opus Valéry ferait considérer Au régal des vermines de Nabe comme un compliment au genre humain, Artaud comme un être mesuré, La nausée de Sartre comme un élan du cœur. Valéry les écrase tous à plate couture en pleine poésie. Il faut dire que la vue de ces fossiles vivants, de ces aberrations biologiques, des branles-coquins émasculés brandissant leur volonté lacrymale comme substitut d’érection, des filles qui rient comme des guenons pathétiques, des chipoteurs de tracts qui défendent la chiasse humanitaire, des écrivains aux phrases entrelacées de moi, des touristes à claquettes, des libraires aux coups de cœur, des tatoués en tout genre… difficile de de na pas insulter de concert avec Valéry. Jouissons de sa gerbe car en vrai « Leur ennui vaut condamnation à mort. » Et saluons cette performance écrite car « le pamphlet n’est pas un coup de trique, c’est le chapeau qu’on abaisse devant l’indignation, pour l’honorer. Chaque insulte anoblit. » Il fallait bien se faire peintre de la tourbe, du sordide, du banal qui écorchent son âme sensible…

Le recueil de Valéry est un dytique présentant les deux faces du même homme. Ici, les injures précèdent un amour légendaire. Et Valéry de se lancer dans cette deuxième partie dans un plaidoyer contre la littérature pour sauver l’amour. C’est qu’il a vécu contre toute attente « Cet incroyable agrandissement de soi. Cette finalisation de soi par le regard d’autrui. » Le miracle survient toujours en pied de nez. Il est redevenu enfant, niais, il a oublié son insolence et son cynisme pour un bout de paradis. « Nathalie avait ouvert une porte paradisiaque à laquelle mon pied servait de butoir pour qu’elle ne la refermât pas. »

Injures précédant un amour légendaire, nouvelles de Valéry Zabdyr, éditions unicité, 110 pages, 14€


Valéry Molet dénoue son nœud de pendu
Valéry Molet dénoue son nœud de pendu
Les pieds de nez de Valéry Molet
Les pieds de nez de Valéry Molet
Valéry Molet transforme l’ordinaire en mystère
Valéry Molet transforme l’ordinaire en mystère

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :