Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


A défaut d'armes, la France offre à l'Arménie un consulat et des larmes

A défaut d'armes, la France offre à l'Arménie un consulat et des larmes

Par  

Aux armes ! nous dit l'étonnante et si souvent muette pourtant Mme Colonna… Aux armes ! nous redit M. Macron, plus si étonnant mais si souvent bavard inutilement. On promet des armes, et l'on distribue en Arménie assiégée, comme pour se faire son propre cinéma depuis le Quai d'Orsay ou l'Élysée, un consulat, comme s'il s'agissait d'une aide si généreuse, si ample et si précieuse. Il ne s'agit que d'un enrobage, en somme, c'est le chocolat (un seul chocolat, un seul consulat, geste pingre !) qui masque nos cynismes gouvernementaux, cette spécialité française et macronienne, le résultat d'un amateurisme aussi lamentable et tragique que vulgairement assumé. Un consulat et des larmes, voilà le résultat de l'inaction française !

Après plus d'un an d'absence d'efficacité diplomatique, après plus d'un an de silence sur l'aspect militaire du drame vécu par le Haut Karabagh et par l'Arménie constamment menacée quant à ses provinces du Sud, la France par la voix de la jusque-là si inexpressive et si puérile Mme Colonna, ministre accessoire de nos si mauvaises Affaires étrangères, promet en Arménie l'ouverture d'un consulat et laisse entendre un soutien militaire à Erevan. On pourra y croire quand la France mettra autant d'armements au service des Arméniens qu'elle en met au bénéfice du gouvernement ukrainien. Quant au poids, même symbolique, d'un consulat français face aux plans azéris et turcs si méthodiquement orchestrés, voulus et réalisés contre les Arméniens, il ne serait hélas rien d'autre que très relatif.

D'autant plus, et Mme Colonna le sait bien (même si, comme d'habitude, elle n'en dit pas un mot) que, avec une frénésie ridicule et feutrée pourtant et une irresponsabilité cruelle, avec une inconséquence et une froide sottise ou - pour parler comme lui: selon la conséquence d'une funeste connerie -, M. Macron aura et a déjà, en se croyant superbe de science et de solidité, alors qu'il n'aura été superbe que d'orgueil mal placé, tout fait pour décapiter le sommet du corps diplomatique français depuis des mois, même en décrétant cette décapitation à la sauvette.

Dès lors, le soutien français envers l'Arménie ne saurait être qu'une promesse en l'air, tant aussi que la France acceptera la présence au sein de l'OTAN de la Turquie, principale complice et artisane de l'ethnocide ou génocide renouvelé qui se prépare, via les manœuvres du gouvernement azéri, du gouvernement soutenu aussi, dans son commerce énergétique saignant par l'Europe institutionnelle, sans véritable ni agissante contestation de la France.

Autrement dit et tristement, les annonces de Mme Colonna au nom de la France me semblent aussi prometteuses et productives que pouvaient l'être les fameuses négociations quant à l'Arménie, au Haut Karabagh et à la puissance militaire des alliances et des vues turco-azéries, affichées voici plusieurs mois, plus nettement près d'un an depuis la Suisse (premiers jours d'octobre 2022, via la bonne ville de Genève). Cela n'a rien donné, ni conclu, sinon un effet pour des nèfles et des noix, une promesse pour des prunes.

La France, comme l'Allemagne voici quelques jours, et l'ineffable M. Charles Michel au nom de l'Europe molle et veule et lâche, se donne bonne conscience. Bonne conscience tardive, et qui, consulairement et militairement, probablement ne pèsera pas grand-chose. Quand l'Amérique de M. Biden, quand l'Angleterre aurifère et affairiste, elles, ne se donnent pas il est vrai la moindre peine de dire même l'ombre d'un mot. Le don de quelques mots de consolation devant tous les maux imposés, face à sa si terrifiante désolation, devant cette horreur que notre lâcheté n'a pas su éviter à l'Arménie, c'est de maigre valeur.

Disons-le, le gouvernement français fait le service minimum, et quand on constate l'appui logistique, militaire et d'armement consenti par ce dernier à l'Ukraine, l'obole à l'Arménie n'a même pas l'allure d'un tarif syndical ni d'une aumône un peu noble.  Mme Colonna comme M. Macron se drapent dans la dignité retardataire d'un communiqué pour la chique et la frime. Comme si l'octroi mal ouvert d'un consulat pouvait conjurer le pire.

 

Mais le pire est déjà, là, massif, présent, ancré horriblement dans le sang ; et la voix tardive et diplomatique ou l'écho d'une promesse d'aide militaire ne suffisent plus. A force de raisonner dans l'amateurisme, et de n'offrir à ses ministres, par ses actes, ses paroles et son absence d'action véritable et de vision nette et profonde, qu'une autosatisfaction sotte dans ce culte de l'amateurisme, justement, M. Macron a joué en aveugle. On ne peut pas affirmer, comme il l'avait fait il y a déjà un long moment, on ne peut pas proclamer : "la mort cérébrale" de l'OTAN, et s'y maintenir sans y agir.

L'Arménie paie aujourd'hui la politique d'amateurisme, la logique sordide du "et en même temps" (et quand je dis la logique, je reste gentil, n'est-ce pas ?), en réalité le "boy-scoutisme" faussé, version frauduleuse et truquée et maigre et qui remplace toute idée forte de politique française, et d'action à la française. En réalité, il n'y a pas de ligne suivie dans l'absence de politique macronienne quant aux drames géostratégiques et humains que l'Arménie subit et risque, il y a seulement une suite de postures soudaines, après une trop longue suite de silence, d'inertie et d'immobilité compète.

La France n'a pas voulu agir, ni protester. Ni s'affirmer plus tôt, depuis plusieurs années dans le drame imposé par les Azéris et par les Turcs. Elle s'époumone en vain aujourd'hui. Et en promettant un consulat dans une zone arménienne directement menacée, et urgemment menacée. Tout cela est pitoyable, tragique, terrible et ne tiendrait finalement qu'en un mot, simple, oui tout cela est minable.

On promet des armes ? Il est bien dommage que la France en soit arrivée quant à l'Arménie sans armes et sans moyens à cette promesse si tardivement. Ce n'est pas la promesse de l'aube. C'est celle du crépuscule. Et toute l'éducation européenne, si j'ose dire, serait à refaire.

Quand on manque à ce point de courage, de lucidité, de réalisme dans une action si nécessaire et évidente, on ne vient pas, en faux chevalier blanc, promettre armure, bouclier, armements et consulat.

Un consulat et des armes ? C'est surtout un consulat dans les larmes. Malheureusement. Il y a dans ces promesses si faussement fraîches quelque chose de sec et d'amer comme la cendre. La preuve d'un cynisme révoltant. Cynisme absolu. Le seul degré d'impuissance et de vrai professionnalisme de la froide bande d'amateurs qui s'appelle encore le gouvernement français ! Dont la devise, difficile à avaler comme à cracher pourrait être, mise aux frontons publics : "Vous reprendrez bien un bout de consulat ?"


Éloge de la témérité spirituelle
Éloge de la témérité spirituelle
Auprès de ma bombe, qu’il fait bon régner !
Auprès de ma bombe, qu’il fait bon régner !
Pourquoi les armes chimiques sont différentes
Pourquoi les armes chimiques sont différentes

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :